+32 (0)10 24 80 69

radar. septembre 2015

Leadership : la démocratie plus efficace

On sait que Kurt Lewin est l’un des pionniers de l’étude des comportements : en 1947 (déjà !), il avait mené un test pour vérifier quel était le mode de leadership le plus efficace. Trois types de leadership étaient testés : autoritaire, démocratique et laisser-faire.

L’expérience consistait à faire partir trois groupes d’enfants de 10 ans en forêt. Chaque groupe devait réaliser une tâche précise avec un leader dont la mission était de désigner les tâches et les rôles de chacun, puis de contrôler et de juger chaque enfant. Chaque leader jouait successivement un des trois arché- type afin d’éliminer les biais. Chaque groupe d’enfants travaillait donc avec un leader différent jouant un rôle diffé- rent à chaque tour. Le leader autoritaire désignait tous les rôles et les actions, le leader démocrate laissait choisir les rôles et arbitrait, le leader laisser-faire restait passif. Des observateurs ont noté le rendement et la qualité des actions de même que l’apparition des comportements agressifs (verbaux et physiques). Au final, le groupe le moins efficace fut celui dont le leader adoptait un style laisser-faire. Le groupe le plus efficace fut le groupe animé par le leader “démocratique”. Dans le groupe du leader autoritaire, l’ambiance fut parfois bonne, parfois agressive.

Leadership : la démocratie plus efficace Influence sociale et leadership dans la direction des personnes

Pourquoi changer de comportement est si dur et pourquoi vous devriez continuer à essayer

Harvard Medical school a publié, en mars 2012, une étude extrêmement intéressante sur les changements de comportement. En substance, cette étude explique que tous les efforts, même infructueux, menés pour changer de comportement valent la peine d’être entrepris. La raison à cela est à trouver dans le transtheoretical model (TTM) développé dans les années 80 et qui cartographie cinq phases dans la mise en œuvre du changement : le précontemplation, la contemplation, la préparation, l’action et la maintenance. L’originalité de l’étude est de montrer que l’échec est quasiment inhérent au processus. De la même manière, les rechutes ne doivent pas être considérées comme un cul de sac – « jamais je n’y arriverai » –, mais bien au contraire comme une étape essentielle dans une évolution qui n’est que très rarement linéaire. Les rechutes et les essais sont non seulement normaux, mais renforcent nos chances d’y arriver.
Pour aller plus loin : “Why behavior change is hard – and why you should keep trying”
Article : Prochaska JO, et al. “In Search of How People Change”, American Psychologist (Sept. 1992), Vol. 27, No. 9, pp. 1102–14.

Nous avons vu pour vous. Focus on Africa

La BBC a lancé le premier magazine télé quotidien sur l’Afrique. Focus on Africa veut devenir le reflet d’une Afrique en plein changement. Pendant trente minutes, des sujets tels que l’économie, l’entreprenariat, les innovations, la culture et le sport se succéderont sur BBC World News et sur une série de chaînes partenaires. Le présentateur principal de l’émission, le ghanéen Komla Dumor est très heureux de faire partie de l’aventure : « Après des décennies de désarroi et d’incertitudes, une nouvelle Afrique émerge. Les vieux clichés sont remis en cause et un nouveau récit fascinant est en train d’être écrit. Je suis incroyable – ment enthousiaste à l’idée de contribuer à une émission qui apportera une couverture et une analyse solide des perspectives et des défis africains. » Et ce n’est qu’un début. D’autres nouveautés, toujours consacrées au continent, sont sur le point de voir le jour…
Le teaser de l’émission est disponible en cliquant ici. Il n’est malheureusement pas possible de revoir les émissions en ligne depuis la Belgique. Pour les amateurs, il suffit d’allumer la télé à 19h30, tous les jours de la semaine.

n’GO 03 – Mohamed Arejdal

Deux en un. Cette photo est l’œuvre de l’artiste marocain Mohamed Arejdal. Son titre arabe est “Itnan Fi Wahed”, ce qui signifie en français “Deux en un”. Elle résulte du travail de l’artiste sur l’ambivalence des regards: «Dans ce travail, j’ai essayé de montrer l’autre qui m’habite d’une manière assez étrange… De refléter le visage de la schizophrénie de notre société.» Pari aussi réussi qu’interpellant et qui illustre parfaitement le fait qu’aux yeux de bon nombre d’Occidentaux, tout musulman porte en lui les germes d’un islamiste radical… Contact: Mohamed Arejdal mohamed.arejdal(at)gmail.com

Toutes les photos du mois

Quelques réflexions

  • “La coopération belge au développement ne fait pas assez souvent appel aux anthropologues ; c’est pourtant une pratique courante aux Pays-Bas. Il faudrait compiler un rapport anthropologique des effets pour chaque projet et pour chaque programme.”
    Patrick BerbenPatrick Berbenanthropologue et spécialiste en cultures indienne et africaine