+32 (0)10 24 80 69

Enquête ONG. Introduction

ONG Grandes ou petites, elles pensent différement

En 2011, Echos Communication a mené une grande enquête dans le secteur des ONG en Belgique sur les liens entre coopération au développement, comportements individuels et relation de travail.

Que ce soit au travers de la Déclaration de Paris, du plan d’action d’Accra, ou des expériences de terrain, deux grands débats animent le milieu de la coopération au développement : l’ownership, traduit par l’appropriation, et l’empowerment, improprement traduit par le renforcement des capacités. La difficulté réside notamment dans le fait que ces deux thématiques reposent sur une dimension comportementale et relationnelle importante. S’approprier un projet, c’est le faire sien. Rien de moins. Cela suppose un changement d’attitude : passer du statut de « l’aidé » à celui d’acteur, capable de se prendre en main. Pas simple. Pas plus au Sud qu’au Nord. De même, pour les hommes et femmes qui en bénéficient, l’empowerment ne peut se limiter à la réception d’un savoir venant des ONG du Nord. Apprendre doit reposer sur des motivations fortes. Dans certains cas, elles sont bien présentes, dans d’autres, les savoirs et compétences à acquérir ne se greffent sur aucune envie réelle. La motivation est encore plus fragile lorsque le bénéficiaire n’est pas valorisé dans ses propres savoirs et compétences.  Elle s’effondre lorsqu’entrent en conjonction une faible estime de soi et un regard extérieur focalisé sur les manques.

La question est de savoir comment intégrer ces réalités et ces enjeux aux opérations. Comment faciliter ces changements d’attitude, de comportements, comment renforcer ces motivations  ? On rentre sur le terrain piégeux du relationnel et du comportemental.

En vue d’établir un point de départ, Echos Communication a mené une enquête qualitative. Cette enquête ne porte pas sur les deux thématiques de l’ownership et de l’empowerment, mais bien sur la dimension sous-jacente qu’est la question des comportements humains. Deux champs d’application distincts ont été analysés : la gestion des ressources humaines (GRH) en interne et la relation avec les partenaires au Sud, avec deux axes de recherche :

  1. Où se situent les ONG en matière de gestion des ressources humaines ? Parmi les organisations qui considèrent les ressources humaines et les effectifs comme un domaine à gérer parmi d’autres ? Ou appartiennent-elles à ces associations qui mettent tout en œuvre pour faire émerger les potentiels de chaque collaborateur ? Ou quelque part entre ces deux extrêmes ?
  2. Si les ONG perçoivent la question des comportements humains comme un défi à relever, s’en donnent-elles les moyens ? Sont-ils en proportion, adéquats ? Y a-t-il un degré d’ouverture de l’ONG par rapport à de nouveaux outils et méthodes ?

Vous découvrirez tous les résultats dans les posts « Enquête ». Bonne lecture !

Pour les hommes et femmes qui en bénéficient, l’empowerment ne peut se limiter à la réception d’un savoir venant des ONG du Nord. Apprendre doit reposer sur des motivations fortes.

Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.